Les étranges photos de Google Earth /​ Google Maps

Marie-Aude

J'ai fait de la compta, de la finance, du juridique, j'ai été chef de projet SAP, j'ai fait de la photo, des voyages. Depuis 2007, je fais avec amour des sites webs pour les utilisateurs, qui se référencent bien et je vous aide à acquérir du trafic pertinent.

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. C'est juste un défaut de fondu (même pas un défaut en fait, une coincidence). Le bateau ne coule pas : si c'était le cas l'ombre superieur disparaitra au fur et à mesure qu'elle s'approche de l'eau, et la grue blanche sur le pont du navire sortirait des flots.

    Pour les arbres par contre je ne m'explique pas le phénomène à part un défaut d'image maladroitement gommé.

  2. Marie-Aude dit :

    C'est vrai, mais ce qui est curieux c'est que la démarcation entre les différentes images est floue, plus que d'habitude en fait... bon ça peut aussi être une question d'échelle.

  3. Beaucoup d'intrigues autour de ce sujet. :)

  4. Tristan Jacquel dit :

    Il semble y avoir un gommage systématique des photographies aériennes sur google maps, pour des raisons à priori juridiques. L'armateur de ce cargo n'aurait peut-​être pas aimé que l'on sache ce qu'il transportait ce jour là et aurait pu se retourner contre Google ?
    Principe de précaution j'imagine.

  5. Marie-Aude dit :

    Je ne sais pas trop :) je doute que le bateau soit réellement reconnaissable. Et surtout, autant on peut imaginer un gommage automatisé de certaines zones sensibles, sur la base de coordonnées GPS, autant une intervention manuelle de ce type implique une grosse force de travail manuelle...

  6. Christian dit :

    Je n'ai pas d'explication plausible et je ne connais pas vraiment leurs procédés.
    Pour ceux qui font un peu de photo avez vous déjà essayé de faire un panoramique avec 2 ou 3 photos prises en principe à quelques secondes d'intervale c'est parfois la prise de tête pour parvenir à un résultat optimal. Essayez en suite un panoramique de 6 photos, soit 3 horizontalement sur 2 verticalement. Je vous promets bien du plaisir.
    On parle ici d'un paysage totalement statique situé tout au plus à quelques centaines de mètres et pris au départ d'un appareil photo statique lui aussi.

    Maintenant imaginez la surface du globe terrestre, imaginez le nombre de photos nécessaires, imaginez la prouesse (même assistée par ordinateur) pour les justaposer avec justesse.
    Sachant que toutes les prises de vue ne peuvent être réalisées en même temps, et ne sont pas réalisées par le même satellite il n'est pas étonnant que de petites imperfections surviennent.
    La terre n'est pas statique, les "objets" à sa surface et les satellites en orbite non plus. Et à quelle distance les satellites sont-​ils situés de leur sujet la planète bleue ?
    Cela fait autant de paramètres qui corsent la chose.
    Pour une juxtaposition d'image même le programme le plus performant a besoin de points de repère, sur les mers et les océans à l'échelle terrestre les points de repère ne se bousculent pas autant que sur New York ou Paris.
    Je pense que c'est purement technique.
    Comment l'armateur peut-​il savoir qu'il a été pris en photo au moment précis ou il passait à cet endroit précis ?
    Pour le clônage peut-​être sommes nous simplement à l'intersection de 4 images.
    Je suis convaincu que c'est purement technique.
    =)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.