La batterie de casseroles fait-elle la cuisine ?

J’en ai plus qu’assez de lire sur les forums la question « pourquoi mon site n’est-il pas bien référencé ? J’ai pourtant mis Yoast qui me fait le SEO ? »

Arrêtez les gens, Yoast est un outil (et, à mon avis, pas le meilleur) qui vous aide à optimiser votre site. En aucun cas, il ne peut le faire pour vous.

Pour prendre une comparaison que ma grand-mère (qui aurait fait un excellent référenceur, comme mes lecteurs le savent) aurait compris, si une batterie de casseroles est indispensable pour cuisiner, en aucun cas la batterie de casseroles ne « fait la cuisine » à la place de ma grand-mère.

Et cette confusion prouve surtout une incompréhension profonde des mécanismes d’optimisation.

L’optimisation d’un site est la mise en oeuvre d’une stratégie à travers un ensemble d’outils

Mais sans la stratégie, pas d’optimisation possible.

« Optimiser un site » ne se limite pas à balancer des meta title et description, ce à quoi, basiquement, sert Yoast.

La recherche de mots clés

Bien souvent, on croit connaitre ses mots clés. Au moins quelques-uns. La recherche de mots clés va permettre :

  • de vérifier que les internautes formulent bien de la même façon que vous
  • de découvrir, donc, toutes les façons créatives et surprenantes que les internautes utilisent pour rechercher ce que vous proposez
  • de voir sur quelles thématiques principales les mots clé s’organisent : où, quand, comment, combien, concurrents, produits spécifiques, etc.
  • de dénicher des expressions spécifiques
  • de travailler par association d’idées et de synonymes pour élargir le champ sémantique
  • de prioriser les mots clés en fonction d’un calcul difficulté / volume de recherche / intérêt
  • et à partir de cela, de déterminer la structure globale du site et un plan de rédaction

La structure globale du site

En mettant de côté la question « Silo or not silo », la structure globale de votre site doit porter vos mots clé principaux. Donc « modéliser » votre champ sémantique, la façon dont vous avez décidé d’organiser ses différentes thématiques, de lier ou pas les thématiques principales.

Il faut en particulier faire attention :

  • au menu principal, surtout celui de la page d’accueil, qui est un élément important pour la détermination des sitelinks
  • la répartition des informations entre articles, pages, catégories, étiquettes et autres taxonomies
  • dans le cadre d’un site avec un blog ou la publication de contenu régulier, quelle que soit la forme, le planning de rédaction, avec l’augmentation progressive des liens vers les contenus principaux, doit être planifiée
  • la rédaction doit inclure les descriptifs des catégories, étiquettes, etc qui permet de lutter contre le contenu dupliqué
  • le choix des types d’éléments qui seront en noindex (et de façon temporaire ou pas, par exemple pour les archives de catégorie, on peut très bien les mettre en noindex par défaut, et les indexer quand elles ont un contenu suffisant)

L’optimisation du code et de la performance

Elle est essentielle.

Or la plupart des thèmes commerciaux, quel que soit le CMS, sont loin d’être totalement optimisés. En particulier sur WordPress, les titres posent souvent problème. L’utilisation du Customizer pousse les rédacteurs de thème à envoyer des tonnes de ligne de code dans le header. J’ai récemment optimisé en thème en passant tout le css sous Less (grâce à l’excellent plugin WP-Less) ce qui a permis de complètement « variabiliser » la feuille de style tout en réduisant drastiquement le code HTML généré, la page d’accueil est passée de plus de 1.400 lignes à 650 !

L’utilisation poussée des marquages schema.org est aussi un atout, or elle est trop complexe et trop dépendante du contenu de votre site pour être facilement mise en place via un plugin.

Enfin, la personnalisation des pages d’archives peut aller assez loin, et doit aussi être faite manuellement, de façon spécifique par rapport à ces mots clé sur lesquels vous souhaitez vous positionner.

L’interdiction de crawl de certaines pages et la suppression du duplicate content

Les archives calendaires en général, les archives d’auteur sur un blog mono-auteur n’ont aucun intérêt et vont générer du duplicate content. L’utilisation des urls canoniques peut aider. La cohérence du sitemap avec les instructions noindex et les interdictions de crawl dans le fichier robots.txt est une bonne chose.

La gestion des 404

Les 404 n’empêchent pas théoriquement un bon positionnement, mais les identifier et les rediriger de façon correcte, en évitant les « soft 404 » que Google n’aime pas (typiquement, la redirection de toutes les erreurs 404 vers la page d’accueil) est une bonne chose. La mise en place d’une page 404 « utile » qui reprennent, par exemple, les principaux articles / produits de votre site est aussi nécessaire.

Les balises metas

Bien que la balise title ne soit pas, techniquement, une balise meta, on met globalement dans les balises meta :

  • le title
  • la meta description
  • les meta opengraph pour Facebook
  • les meta pour Twitter

La vraie place d’un « plugin SEO » dans tout ça

Qu’il s’agisse d’un plugin WordPress ou d’un autre CMS, un « plugin SEO » ne peut pas tout faire.

En particulier, il ne peut pas :

  • corriger les défauts de votre thème (et ils sont nombreux, surtout sur les thèmes premium). Certains d’entre eux sont relativement faciles à modifier dans un thème enfant, j’ai déjà donné la liste de quatre optimisations faciles, d’autres (notamment la correction des titres des widgets) demandent une bonne connaissance de la programmation en général et de celle de votre outil (WordPress, Prestashop, Joomla, etc…)
  • organiser de façon visuelle et claire la structure de liens internes de votre site. Silo ou pas (je n’aime pas les silos), elle est essentielle pour faire circuler le jus. La planification de cette structure prend du temps, le plus simple à mon avis est de la suivre sur une feuille Excel ou dans un outil qui interroge la base de données, qui peut d’ailleurs être un plugin. Personnellement, jouant sur plusieurs blogs, je me suis construit un outil externe
  • vous guider qualitativement sur la rédaction de vos textes. Les analyses statistiques sur le nombre de titres, la densité du mot clé sont trompeuses ; elles ne peuvent pas prendre en compte le champ sémantique réel, avec sa complexité plus ou moins grande selon le sujet ; elles ne peuvent pas non plus (en tout cas elles ne le font pas) analyser la répartition du mot clé et de ses variantes sur l’ensemble du site. Bref, un plugin SEO ne peut pas « être Google », ses limitations, si vous le suivez aveuglément, vont au contraire vous conduire à une mécanicité qui est le contraire de la qualité.
Enfant jouant avec un plat

Les meilleures casseroles ne font rien sans le cuisinier ! Photo sous licence CC BY Sean Freese

En plus de la batterie de casseroles

L’acquisition de trafic via les réseaux sociaux

Si on ne se limite pas strictement au « SEO », mais qu’on raisonne « acquisition de trafic », il existe d’autres instruments importants. Les réseaux sociaux, la newsletter, pour une boutique l’intégration des flux sur les places de marché.

Le choix des réseaux sociaux en fonction de la thématique, la rédaction de chapeaux spécifiques pour ces derniers, etc. tout cela a besoin de sa batterie de casseroles spécifique, qui est le plus souvent intégrée au plugin SEO, mais pour laquelle, de la même façon, il faut un cuisinier. Pour filer la métaphore, on en est au dessert, aux moules à gâteaux et au pâtissier…

Les liens externes

Là on sort totalement du domaine du plugin SEO, pourtant ceux-ci sont aussi importants, en particulier dans la façon de générer le « jus » qui va circuler dans le site.

En prenant la même structure pyramidale ou de cocon sémantique, le résultat final ne sera pas le même si vous ne faites des liens externes que vers la page du haut de la pyramide, avec des ancres variées, ou sur chaque page de la pyramide, avec, pour chaque page, des ancres moins variées mais correspondant exactement à son contenu.

Yoast ne fait donc pas le SEO, cela lui est impossible

Yoast, pas plus qu’aucun autre plugin de SEO, ne peut se substituer à votre cerveau, établir une stratégie, choisir des mots clés, savoir comment vous décidez de les articuler entre eux, ni même traiter tous les aspects de votre SEO.

Le problème de Yoast, c’est qu’il a tendance à vous le faire croire. Et qu’il vous pousse, en réalité, à suroptimiser.

Quand Yoast vous demande de mettre le mot clé dans la méta description, sachez que cela ne sert strictement à rien ! La meta description, n’importe quel référenceur de niveau CE2 le sait, ne sert pas à positionner une page, c’est simplement un incitatif à cliquer complémentaire au titre, dans les serps. Si vous avez un « mot clé principal » qui apparait déjà dans votre meta title, pourquoi le répéter juste en dessous, en perdant de la place inutilement dans une phrase très courte ?

Si vous avez un « mot clé principal de longue traine » donc assez long, avec trois ou quatre mots, le répéter à l’identique dans le title et l’url est, amha, mauvais. Les urls courtes sont les meilleures… De plus, un mot clé de longue traine nécessite souvent des « stop words » (des mots assez cours, comme des articles ou des prépositions, qui sont nécessaire pour causer korrek, mais n’apportent rien en terme de SEO). Or Yoast ne gère pas ces stops words correctement. Pour lui « abri jardin » et « abri de jardin » sont deux mots clés différents.

Une page entre le rouge et l’orange qui fait 10.000 vues par mois

J’ai donc repris, pour le fun, une page d’un de mes sites, bien optimisée pour un mot clé de second niveau et qui se classe première dans Google. En changeant les choses :) on dira que le « mot clé principal » est « mobilier jardin » ou « mobilier de jardin » , je suis en position numéro 1 pour les deux variante (mais pour Yoast, ce sont deux choses différentes).

Title : Choisir son mobilier de jardin, sélection de beaux meubles

Url : choix-meubles-exterieur

Meta description : Quand on a un beau jardin, des meubles esthétiques et de qualité sont essentiels. Voici un guide pour bien les choisir.

Titre H1 : Choisir son mobilier de jardin

Hiérarchie des titres (après le H1) :

  • H2 – Les meubles de jardin Gardena 
    • H3 – des matériaux qui résistent aux UV
    • H3 – une matière différente pour le dossier et le siège
    • H3 – une housse lavable
    • H3 – une poignée et des roulettes
  • H2 – L’ensemble de jardin en bambou de Conforama
  • H2 – Les meubles jardin de décorateur 
    • H3 – un meuble « deluxe’ en bois exotique
    • H3 – et un meuble plus simple en pin traité

Je vous la fais courte, voici ce que me répond Yoast :

Screenshot d'une analyse de Yoast

Qualité de l’analyse SEO selon Yoast : un pousse à la suroptimisation !

Et Joost lui même ne suit pas les conseils de Yoast !

C’est la meilleure preuve qu’il ne faut pas psychoter sur les voyants rouges et orange. Si vous regardez cet article récent, vous en déduisez assez facilement que le « mot clé principal » est quelque chose comme « Google Panda Google core algorithm », mais ne se trouve dans aucun des titres de l’article, ne se trouve pas en tant que tel dans la meta description, etc… (et personnellement, je trouve très mauvais de donner le titre de l’article comme attribut alt d’une image, même si je ne l’ai pas encore corrigé dans mon thème.

Bref, la batterie de cuisine ne fait pas le repas, la voiture ne fait pas le trajet. Vous êtes aux commandes de votre site, c’est vous, et uniquement vous qui en faites « le SEO »

(La photo qui illustre cet article est une photo sous licence CC BY NC de Gerard Stolk)

17 commentaires

  1. Je me suis arrêté dans ma lecture peu après le titre car je ne suis pas intéressé, mais j’aime beaucoup ton analogie dans le titre. J’essaierai d’y penser le jour où je me procurerai une nouvelle bicyclette, pour ne pas oublier de pédaler.

    Répondre à Cristophe
  2. Il me semblait bien avoir détecté un certain agacement dans certaines de tes réponses sur WRI :-)

    Bises,

    Répondre à Didier
  3. Très bel et long article :D

    Les outils ne font pas tout, il y a aussi et surtout le « flair » qu’on ne peut acquérir qu’en bossant comme un fou furieux. Au final, une fois qu’on a les bases des bonnes pratiques, c’est ensuite du taf, du taf et encore du taf.

    Quand on regarde un site qui est dans les choux, bien souvent c’est : pas optimisé, lent, pas de contenu (et donc pas de maillage interne), pas de (bon) lien. Bah si on veut se donner des chances, on optimise techniquement, on accélère, on rédige bien encore et encore … et encore … et pis encore, et on travaille son netlinking.

    J’aime bien ton inclusion sur les réseaux sociaux, la newsletter, … Elle rappelle surtout que d’une part Google ne fait pas tout (perso, les revenus de mon site web sont pour l’instant en majorité dû à d’autres vecteurs), mais aussi que Google donnant une part importante à la notoriété, bah la travailler via les autres vecteurs c’est aussi se donner plus de chances d’attraper des liens qui seront pour le coup vraiment naturel.

    Répondre à Benjamin
  4. Merci Marie Aude,
    Je l’abandonne peu à peu sur mes sites et j’encourage les personnes quand j’interviens sur leurs projet, de l’utiliser à bon escient ou de ne plus l’utiliser.
    J’aime de moins en moins ce plugin, qui pour la plupart des cas ne sert qu’à gérer la title et meta description. Ce qui peut être fait par bien des manières, ne serait-ce que dans le theme même ( Genesis en exemple … )

    Mais hélas impossible d’avoir raison,
     — un theme déjà optimisé ? c’est pas grave.
     — Mais sinon pourquoi autant de monde l’utilise ?
     — Mais comment je fais sans indications …

    Difficile parfois de donner des exemples concrets, ou de donner tout les bons arguments .
    Ne serait-ce que le fait que maintenant je ne suis plus tout seul à avoir le meme genre d’idée, ton article vas surement bien m’aider.
    J’aime les analogies dans la vie courante, et je vais ajouter la tienne à ma liste :)

    Répondre à David
    • Bienvenue au club ! Si tu regardes le tag « Yoast » il y a un autre article, d’il y a deux ans, sur le même thème.
      Je ne suis pas fana de laisser le thème gérer le title et la meta, car il s’agit d’un thème, on ne doit donc pas lui confier de données. C’est la raison pour laquelle j’utilise toujours un plugin. Par contre, aujourd’hui je suis dans une optique de rajouter des fonctionnalités avec un plugin maison, à All In One SEO qui est mieux codé et se hooke de façon nettement plus simple que Yoast. 

      Le « comment je fais sans indications » me fait peur… genre « et le cerveau il est en panne de courant ? », mais surtout parce que ces indications sont néfastes.

      Répondre à Marie-Aude
  5. Bonjour Marie Aude,

    Effectivement Yoast ne fait pas tout c’est clair, mais il est bien pratique pour changer les urls / title / description. En tout cas c’est le plus pratique que j’ai trouvé pour ça.

    Ahhhh, la méta description : les mots clés ne servent à rien de dans, eh bien je le saurais maintenant, moi qui en avait mis dedans quelques uns…

    Les H1 sont une horreur à gérer sur WP je trouve, comme je l’avais dit sur WRI, pour notre blog, il doit y en avoir 5 par pages à causes des widgets. Les H2 c’est déjà plus simple, même si parfois le texte est bien trop gros !

    Merci pour notre discussion de ce soir !

    A+

    Répondre à Mr Puffin
  6. La meta description, n'importe quel référenceur de niveau CE2 semble manquer de mots.
    Sinon, par défaut, quel alt pour les images ? À part leur titre ? Pas facile.

    Répondre à Li-An
  7. ah yoast ! bêtement j’ai suivi ses conseils durant quelques années. Puis mon site s’est mis à chuter dangereusement et surtout inéluctablement : Alexa ne connaissait plus mon site, là j’ai flippé sévère. Alors j’ai tout repris (ça en fait je le fais en partie environ une fois par an, voire plus souvent pour quelques trucs), et j’ai opté pour AIOseo. Là je me suis retrouvée totalement seule et autonome pour tout re-gérer, produits par produits, catégories, billets, mot-clefs enfin tout quoi.

    c’était 7/7 10hres/jour. Et peu à peu mon site est réapparu dans Alexa, mes visites ont ré-augmentés… pour les ventes ce fut un peu plus long.

    En fait j’avais toujours trouvé Yoast agaçant, incompréhensible car ne correspond pas du tout à ce que ma rationalité me dictait, donc son abandon m’a soulagée. Je me sens plus lègère, plus libre, plus autonome et surtout pas en contrariété constante avec quelqu’un qui me dictait ma conduite qui ne correspondait à l’opposé de l’esprit de ce que je voulais faire.

    Répondre à Annie
  8. Malgré les reproches qui lui sont fait, je trouve que Yoast remplit bien son rôle lorsqu’il est correctement configuré. Après c’est sur que les petites puces de couleur sont assez folkloriques. La plupart du temps je ne renseigne même pas le champ du mot clé de yoast car comme dit dans l’article, son analyse n’a pas de vraie valeur ajoutée, c’est juste un compteur pour un mot clé précis et unique.

    Répondre à Olivier
  9. Article fort enrichissant et qui remet en cause l’approche que jai de Yoast.
    Pour ma part je ne me suis jamais fiés aux pastilles colorées. Je l’utilise exactement comme AllInOneSeo il y a quelques années, simplement pour renseigner mes différentes balises.
    Ce que je ne savais pas cest qu’il était mal codé par rapport à Aios.

    Répondre à Charley
  10. Bonjour,

    Très bon article, avec une idée pédagogue, et bien construit comme à chaque fois.

    Depuis deux mois, j’ai un stagiaire au sein de la Boite. Il est en alternance en cours, donc il progresse des deux côtés en même temps (enfin j’espère). L’autre jour, je lui demande où ils en sont de la rédaction web dans son cursus, et il me dit, c’est facile, il faut des paragraphes aérés et j’ai mis Yoast pour le référencement, mais des fois je galère pour le faire passer au vert… Bon ok, asseyons nous, je vais t’expliquer.

    Bonne journée,

    Régis

    Répondre à Regis

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

  • Pas de liens raccourcis
  • L'auteur doit s'identifier avec son pseudo, son nom, son prénom ou s'il le veut le nom de son entreprise ou de son site, sauf si celui-ci correspond à des mots clés. Toutes les combinaisons sont permises dans ce cadre.
  • L'url peut être celle d'un site ou profil de réseau social, uniquement la page d'accueil
  • Pas d'adresse email jetable

*

*