Les suceurs de rêves

Le monde des blogueuses mode et lifestyle est fascinant.

Au commencement était le blog, espace de liberté, d’expression personnelle où chacun pouvait se transformer en journaliste, partager ses goûts et ses dégoûts, ses coups de cœur et ses déceptions. On était libre, on ne gagnait pas vraiment d’argent, et on était intéressant(e)s.

Une situation dangereuse, explosive même, où de simples clients pouvaient faire du bad buzz, se plaindre à grand bruit sur le net de bagues de semi-luxe aux pierres mal collées (par Pomellato, en l’occurrence), de produits qui ne tenaient pas leurs promesses.

Comment la Marque a repris le contrôle de son image

Alors la Marque inventa le Partenariat.

Doux euphémisme pour « la communication téléguidée à travers les esclaves« .

Le Partenariat avec la Blogueuse est un outil extraordinaire. Au lieu de devoir faire des pieds et des mains, limite se prostituer auprès de l’attachée de presse toute puissante qui croule sous les produits et des dossiers, les invitations à des événements, des tests, la Chargée de Comm suscite un Partenariat.

Le Partenariat consiste donc à envoyer un ou deux produits contre un article, pour lequel la Chargée de Comm, bras séculier de la Marque va vérifier chaque virgule essentielle. Le produit doit bien être désigné exactement comme la marque l’entend, mis en avant avec les bonnes qualités, le bon univers. Attention à ne pas appeler « thé » des tisanes (ou l’inverse), même si le français est une des rares langues à réserver le mot thé aux tisanes des feuilles de théier. Attention à ne pas oublier une date ou un détail jugé essentiel dans l’histoire de la marque, il faudra réécrire l’article.

Alors la Blogueuse se fatigue. Elle se contente de recopier le Dossier de Presse. Au fur et à mesure qu’on avance dans le temps, son blog perd de son originalité – parfois toute relative – pour se transformer en une collection de mini publi-reportages, fort économiques au prix de la pub pleine page dans « Elle » (sans parler de « Vogue« ). L’audience n’est pas la même, bien sûr.

Justement, l’audience. Ça frustre la Marque, de passer par d’aussi petits blogs.

Alors la Marque inventa le Concours.

Summum de perversité SEM, le Concours ne consiste pas à donner un Cadeau à la Blogueuse, mais à lui donner la possibilité d’en donner un à quelqu’un d’autre. Mais pas comme ça, gratos. Oh non ! La Blogueuse organise, en toute illégalité, un Concours. En toute illégalité car le règlement devrait être déposé chez huissier, et le tirage fait sous les yeux de ce dernier — malheureusement, l’huissier n’ayant pas un blog en quête de Partenariat, il ne travaille que contre espèces sonnantes et trébuchantes, car quel huissier irait contrôler le tirage au sort d’un huissier qui distribue aux blogueuses un enregistrement de règlement gratuit ? — l’huissier donc, ne fait jamais partie du paysage.

Risque transféré par la Marque à la Blogueuse, risque infinitésimal, car qui irait s’emm… pour un produit à 30 € dont le prix de revient doit à peine atteindre les 4 € ?

Pour participer au Concours, la Lectrice assoiffée de Cadeaux doit, au minimum, commenter. Un tirage au sort sera alors fait parmi les commentaires. Cela permet à la Marque d’avoir une idée de l’influence de La Blogueuse, pour la prochaine fois, et de proposer de faire un mailing ciblé sur ces lectrices-là (vie privée, quand tu nous tiens…)

Version CM1 (se pratique aussi beaucoup sur les blogs qui distribuent des thèmes ou des outils informatiques) : « pourquoi est-ce que je mérite de recevoir ce produit », petit buzz positif, association de la marque à des louanges.

Version collège : la Lectrice doit aussi liker une page, généralement celle de La Marque. Elle doit donner le lien du partage à La Blogueuse, qui fera le décompte. Et transmettra à la marque. Pour peu que la Blogueuse ait un peu de lectrices, au prix standard du like « de qualité » (ce qui est le cas ici, des lectrices a priori intéressées par la marque), ça commence à devenir une très bonne affaire. On a développé des système de Tweeter pour Voir pour moins que ça !

Le Concours Penhaligon : un bon exemple

Vous me connaissez, j’aime bien écrire à partir de cas concrets. Le concours de cette marque anglaise au nom imprononçable est une excellente occasion.

Version Grandes Ecoles, donc, que je viens de voir passer. la Lectrice va devoir liker la page de la Marque ET la page de la Blogueuse, ensuite elle peut, de façon optionnelle, partager sur Facebook, Twitter et Hellocoton. Chaque partage supplémentaire lui rapportera des points, en plus de la réponse exacte, qui l’avantageront dans le « tirage au sort« .

Première remarque : même s’il semble y avoir un tirage au sort à la fin, en réalité l’attribution du lot est loin de dépendre du hasard. Dans ce type de « Concours », légalement, le dépôt du règlement chez l’huissier est indispensable.

Deuxième remarque : tout ça pour un coffret à 80 € ? Un article de blog et des partages…

L’article de blog est très moyen d’un point de vue qualitatif. La Blogueuse offrant trois coffrets, il est en duplicate content interne (pourquoi se casser à réécrire la description de la marque ?) et externe (pourquoi se casser à réécrire la description de la marque, remarque à la cantonade), l’argumentaire produit, la « lettre de vente » de la Blogueuse qui explique pourquoi elle aime tellement ce produit et elle est tellement super heureuse de l’offrir à ses copines est inexistant.

Les partages sont pour l’instant assez faibles, mais c’est quand même grâce à l’un d’eux que j’ai tout découvert, et la marque et le Concours…

Disons que, sur un mois, au rythme actuel, il devrait quand même y avoir plusieurs centaines de partages.

Le coût de revient « brut » (en prix de revient des produits) doit tourner autour de 10 / 15 €. Au-dessous, donc, du prix « SEO », même à qualité équivalente, et très largement au-dessous d’un bon article naturel sur un blog à visibilité moyenne.

L’opération est complètement pilotée par la Marque : on la retrouve à l’identique, avec sa complexité, sur plusieurs blogs.

Quand les marques sont malhonnêtes avec les blogueuses

Ce n’est apparemment pas le cas ici, mais j’ai entendu parler de « Chargées de Comm » qui voulaient forcer la main pour un lien optimisé, in-text, do follow avec cette affirmation étrange :

Si tu mets ton lien en nofollow, Google va pénaliser ton article

Option 1 : la Chargée de Comm est à côté de ses pompes, ne connaît rien au SEO, a fumé une qualité de moquette particulière

Option 2 : la Chargée de Comm est prête à tout, y compris à risquer la pénalisation pour liens factices pour sa marque et pour la Blogueuse pour pêcher son lien dofollow et ment en toute connaissance de cause

Option 3 : les deux de toutes façon, comment peut-on aujourd’hui faire le forcing pour avoir du lien dofollow optimisé dans le cadre d’une opération de Partenariat répétée à l’identique sur plusieurs blogs ?

80% des blogueuses mode – lifestyle gagnent moins de 200 € par mois

Il y a deux types de blog « mode – lifestyle ». Ceux qui sont intéressants, qui disent réellement quelque chose, qui ont une personnalité, et les autres. Ceux qui sont « journaux gratuits », les microstocks du blog, l’équivalent de ces banques d’images qui brassent par milliers des images facilement reconnaissables faites à bas prix.

La Blogueuse qui fait son blog avec un objectif marketing se brade souvent. Elle n’a pas la connaissance des prix professionnels, elle ne se rend pas compte à quel point elle « rame » pour la marque, combien elle pourrait monétiser plus son blog avec un travail qualitatif. La descente du petit nuage est souvent difficile.

Elle ne convainc pas les gens : toutes celles qui font des Partenariats savent reconnaître le genre d’articles qui sont écrits sous la dictée de la Chargée de Comm, et les lectrices qui n’en font pas ont rapidement une impression de redite et de discours publicitaire qui les éloigne. Les lectrices qui restent sont souvent d’autres Blogueuses qui se likent et suivent mutuellement, dans une atmosphère clanique aussi artificielle qu’une bulle boursière.

La Marque gagne en notoriété. Si tout cela ne fait pas un « super » référencement, c’est au moins une gestion d’e-réputation facile, à très bas prix comparée aux prestations d’une agence spécialisée : les articles, partages, reposts sur Hellocotton, Tumblr et autres réseaux remplissent des pages de résultats similaires qui peuvent facilement faire disparaître loin derrière la Critique. Pour cela, elle a utilisé et détourné le rêve de la Blogueuse

41 commentaires

  1. Toi tu vas t’attirer les foudres de nos copines :-)))
    Mais sinon, rien à redire. Ce qui est amusant, c’est de répondre à cette chargée de comm’ qui prend contact avec toi via ton « blog de fille », pensant que tu as 2 neurones …

    Répondre à Didier
    • Oui :) généralement cela tourne court « je suis désolée, je suis une webmaster pro et mes tarifs sont de tant pour une rédaction d’article, non un produit sur votre catalogue ne m’intéresse pas ». 

      Le pire, c’est que dans tout ça il y a des « copines » intéressantes, mais elles sont perdues…

      Répondre à Marie-Aude
  2. En tant que blogueuse mode « Quinca » (oui cela existe enfin!!!) je suis interpellée par votre article. Je suis régulièrement contactée par des marques mais j’ai envie de rester libre et je ne travaille vraiment qu’avec une seule marque. Je suis sans doute naïve vu mon peu d’expérience mais votre article m’a fait réfléchir notamment concernant les concours. Mais ne stigmatisons pas encore une fois les filles blondes ou brunes…. J’ai d’ailleurs découvert un blog mode tenu par un homme « mon blog de mec »… Je pense que dans ce monde d’internet où tout le monde se permet de faire tout et n’importe quoi il est très difficile de garder ses illusions et sa naïveté longtemps. Entre les marques, les partenariats et les vendeurs de rêve les pauvres filles que nous sommes se font bien souvent grugées.

    Répondre à corinne
    • En fait , j’ai réellement eu du plaisir à parcourir votre blog :) il y a des articles qui m’ont vraiment fait rire, comme « La Lettre », des photos plutôt sympa, parce que originales, comme sur ‘Aubergine au Balsamik’, je dirais que vous avez un « blog de fille quinca » ce qui est totalement différent d’un « blog de mode » comme ceux dont je parle dans l’article.

      Ça ne se voit peut-être pas, mais ce sont plutôt les marques que je fustige dans cet article, je les vois vraiment comme des vampires qui se nourrissent des rêves des blogueuses, en profitant de leur inexpérience et de leur naïveté. 

      A la fin, tout est une question d’objectifs, c’est ce que je vous disais. Si on veut vraiment aller vers une monétisation réussie sur le long terme, c’est dur, parce que c’est nettement moins improvisé qu’il y a quelques années. Imposer ses vues aux marques, quand on débute, est impossible. Tenir et se faire connaître sans les marques est long et difficile. Il faut arriver à louvoyer entre deux difficultés !

      Mais vous avez la chance d’être sur un créneau encore relativement libre, profitez-en !

      Répondre à Marie-Aude
  3. C’est vrai que les marques sont souvent agressives, mais je retiens le problème juridique du concours qui m’interpelle vraiment.
    Je suis ravie d’avoir une nouvelle lectrice ! Merci à bientôt

    Répondre à corinne
    • J’ai légèrement corrigé, car Bruno m’a indiqué que seul le dépôt du règlement était obligatoire. ça reste un coût de l’ordre de 50 €, je crois (je ne suis plus en France, donc je n’affirme rien sur les tarifs). A très bientôt !

      Répondre à Marie-Aude
  4. Je propose des concours de temps en temps mais je me suis lassée de toute cette organisation, de ces articles copiés collés, le pompon c’est lorsqu’il faut soit même envoyer les produits pas parce que l’on a accepté de le faire mais parce que la marque a glissé dans notre colis perso d’autres produits nous mettant un peu sur le fait accompli…
    Et double pompon les frais de huissier, au blogueur de le faire ? on nous prend vraiment pour des beaux pigeons !

    Répondre à nessa
  5. Quand je lis ça, je me dis que c’est peut-etre pas mal de ne pas avoir de demandes des marques ! :D

    Répondre à escapadesamoureuses
    • J’imagine que cela fait toujours plaisir, mais c’est comme d’autres choses, « une fois ça va, trois fois… » En plus, dans le monde du voyage, c’est hyper professionnalisé, avec de très grosses entités d’un côté, et de l’autre des toutes petites PME qui n’ont pas trop les moyens d’avoir une « Chargée de Comm ».

      Répondre à Marie-Aude
  6. Votre article est très intéressant mais fais passer les blogueuses pour des filles un peu naïves.
    Ça l’était peut-être avant mais je pense que les blogueuses (dont je fais partie) sont au contraire très malignes et très informées sur ce qui se pratique aujourd’hui.

    Répondre à juristeinthecity
    • Mon article ne généralise pas sur « les blogueuses », mais parle d’un certain type de blog, qui fait passer l’espoir de monétisation avant tout. 

      Il y a deux types de blog « mode — lifestyle ». Ceux qui sont intéressants, qui disent réellement quelque chose, qui ont une personnalité, et les autres.

      Votre blog ne rentre même pas dans la catégorie « mode-lifestyle », et il rentre dans la catégorie « intéressant ». 

      En ce qui concerne la naïveté d’un certain nombre de blogueurs et de blogueuses (les garçons sont touchés aussi, mais pas dans le même domaine, en général), je me souviens encore du désespoir d’une certaine blogosphère découvrant après la fermeture de Buzzea ce que le non respect des règles impliquait pour leurs blogs. Buzzea a pris les blogueuses pour des idiotes, et beaucoup de marques en font autant. Ça ne veut pas dire que toutes les blogueuses tombent dans le panneau. En plus, en ce qui vous concerne, je pense que votre expérience professionnelle est un plus :)

      Répondre à Marie-Aude
      • Merci Marie-Aude, je suis toute émue dès le matin :)
        Je suis d’accord que les marques prennent beaucoup de blogueuses pour des idiotes. Il faut que les blogueuses et blogueurs qui se lancent aujourd’hui aient conscience que bloguer est une activité qui requiert sincérité et passion.
        De toute façon, si on crée son blog en ne pensant que » cadeaux « , vu le boulot que ça demande et l’investissement personnel, je pense que l’on se plante systématiquement.

        Répondre à Juriste in the city
  7. Bonjour,

    Article très intéressant.

    Néanmoins je souhaite revenir sur un de vos commentaires :
    « ce sont plutôt les marques que je fustige dans cet article, je les vois vraiment comme des vampires qui se nourrissent des rêves des blogueuses, en profitant de leur inexpérience et de leur naïveté. »

    Pourquoi fustiger les marques ?
    Les premières responsables sont les blogueuses (et blogueurs, car ceci est vrai dans toute la blogosphère) qui par vénalité sont prêtes à se fourvoyer pour un peu d’argent ou quelques cadeaux.

    Lorsque l’on blogue et qu’on acquière un peu de notoriété (toute relative je vous l’accorde), on doit l’honnêteté à son lectorat.
    Soit l’on est « testeur », « donneur d’avis », « billettiste d’humeur », etc. soit on est une régie publicitaire.

    Vous pouvez me rétorquez que les journaux d’information, par ex., font de la publicité.
    Je vous répondrai… En effet, mais pas de publicité masquée dans un article et ce même avec la mention : « article sponsorisé ».

    La source du problème n’est pas la gentille petite blogueuse naïve se faisant avoir par les méchantes marques, mais les marques qui utilisent la blogueuse absolument pas naïve mais vénale.

    Pensant qu’elle allait, comme lui ont promis les marketeurs du web, vivre comme un nabab en ne travaillant que 4h/semaine… c’est sure, la pauvre est déçue.

    Les marques, elles, ne font que leur boulot : profiter des gogos pour gagner en visibilité.

    Je suis blogueur dans une niche hyper ciblée et pourtant j’ai une liste de plus de 8000 inscrits.
    Jamais de pub, jamais d’articles sponsorisés, jamais de tests demandés par une marque, jamais de vente de produits affiliés… parce que contrairement à la petite blogueuse naïve, je respecte mes lecteurs.

    Répondre à Aka
    • Bonjour Aka,

      la situation est loin d’être aussi caricaturale que vous la présentez. 

      D’abord parce qu’on peut très bien présenter des produits / concours / partenariats en étant honnête sur le fait qu’il s’agit de posts sponsorisés, de produits donnés par la marque, beaucoup le font. La question n’est pas tellement là, en fait. 

      La question est un rapport de force entre une marque toute puissante qui n’hésite pas à mentir pour arriver à ses fins (j’ai donné un exemple dans cet article, j’en ai d’autres) et une blogueuse amateur qui n’est pas rémunérée autrement que par quelques cadeaux publicitaires. 

      Alors, certes, quand on est pro, on se documente. J’ai toujours été la première à la dire, cela a ma réaction lors de l’affaire Buzzea, ça l’est encore. Quand on veut faire un blog on y met les moyens. Quand on veut manger sain on ne va pas chez MacDo, quand on veut mincir on prend des salades sans sauce et pas des maxi-menus, quand on ne veut pas de cancer de la gorge on ne fume pas. Mais entre celui qui succombe à la malbouffe hyper grasse et celui qui la met sur le marché, j’incriminerai toujours plus le second, qui est sait exactement ce qu’il fait et qui a les moyens, que le premier. 

      Bon en fustigeant les marques, il doit y avoir quelques coups qui trainent pour certaines blogueuses quand même, hein !

      Répondre à Marie-Aude
  8. Re,

    Vous parlez d’un rapport de force… mais lequel ?
    Un rapport de force se fait entre deux personnes (ou groupes) ayants des intérêts antagoniques.

    Ce n’est pas le cas : d’un coté il y a ceux qui veulent gagner en visibilité, de l’autre celles qui veulent gagner (facilement) de l’argent.
    Les intérêts sont convergents, personne n’oblige les uns ou les autres.

    Il n’y a pas de victimes, que de grandes personnes consentent.

    Quant à dire que la question n’est pas là, en parlant du sponsoring… justement, c’est la cause première.
    Ce n’est pas parce que beaucoup le font, qu’on peut qualifié ça d’éthique.
    Ce qui fait que la situation est caricaturale, non pas comme je la décris mais bien comme elle est.

    Lorsque des marques avec peu d’éthique roulent dans la farine des personnes n’en n’ayant pas plus, on ne peut qu’applaudir et dire : Les marques ont bien raison d’aller sur ce terrain là, comme je le disais… tant qu’il y a des gogos.

    Au final, les lecteurs s’en rendront compte et se reporteront vers les blogueurs avec un minimum d’éthique.

    C’est ainsi que certains blogueurs, tel que Ryan Schreiber de Pitchfork (j’en parle car il fait l’actu musicale sur Paris en ce moment), sortent du lot. Pour info, Pitchfork c’est près de 10M$ de CA et toujours là 20 ans après sa création.

    Oui c’est un extrême, mais ceux qui en vive (et pas trop mal) sont ceux qui ne sont pas prêt à tout pour 3 francs, 6 sous.

    Ne pleurons pas les décérébré(e)s du net et applaudissons les marques vampires qui vont participer au ménage sur la toile.

    Cordialement

    Répondre à Aka
  9. Bravo, exactement pile poil ça. Merci

    Répondre à e-zabel
  10. Hello,

    Très intéressant ton article. Pour ma part je suis blogueuse beauté et je refuse les relectures par les chargés de com. Mais tu es bien placée pour savoir que cela c’est produit une fois et que cela c’est terminé.

    Il est clair que je ne suis pas naïve même si je joue à la candide idiote par moment parce que c’est plus simple.

    J’ai de beaux partenariats et je travaille sur mon blog avec sérieux : écriture, photo (même si j’ai des progrès à faire) et le design est en cours de refonte.

    Mes articles sponso sont indiqué en tout début d’article.

    Mes produits offerts sont clairement indiquées.

    J’ai déjà refusé de parler de produits auquel je ne croyais pas après l’avoir testé même s’il était en sposo. J’ai déjà retourné des produits à des marques car je n’aime pas leur produit.

    J’ai une éthique et je fais tout pour m’y tenir.

    Les marques me suivent car elles savent que je suis crédible justement parce que j’ai une éthique. 

    Je ne copie colle jamais un CP, car au delà du duplicate content, je suis surtout là pour partager MON point de vue et pour cela il faut que ce soit avec mes mots.

    Mais un blog se construit sur le long terme et je ne parle pas du SEO mais de la confiance avec les lecteurs. Pour ma part je compte bien passer la barre des 20% de bloggueuse l’année prochaine, j’en suis proche mais pas encore mais j’y travaille.

    Je fais du rédactionnel pour des marques également et j’accompagne de jeunes marques éthiques qui démarrent dans leur relation avec les blogueuses. Blogueuse c’est ma passion et j’ai un travail à côté que j’adore et donc je ne suis, en réalité ni naïve, ni candide. Je ne mens pas aux lecteurs et lectrices. 

    Je parle de ce que j’aime et rien d’autre.

    Deby

    Répondre à debymagazine
  11. Bonsoir,

    Ah j’ai pris plaisir à lire ton article !
    Je suis également blogueuse, bon toute petite mais blogueuse quand même :)
    Je reçois des mails parfois y’a du niveaux ! j’ai eu récemment je vous propose 20€ pour écrire un article sur notre produit et notre marque en mettant ce lien et celui ci et etc , alors de un j’ai pas aimé le contact rentre dedans , je n’aime pas du tout le produit en question pour l’avoir déjà testé suite à un achat personnel et la marque est mauvais niveau SAV alors du coup j’ai refusé ! Tout ça pour dire que certaines marques prennent les blogs pour des vitrines mais malheureusement il y’a toujours des blogueuse/blogueur qui accepte :/ 

    J’essaye toujours de mettre du coeur et de l’authenticité dans ce que j’écris après je ne sais pas si sa se ressent

    Répondre à Laura Hantz
  12. J’adore, si bien dit et si bien écrit. Par contre j’avoue que le montant des cadeaux que je sélectionne (je ne dis pas oui à tout) je ne le prend pas par rapport à la valeur de l’objet mais vraiment du besoin, de l’envie de l’avoir chez moi. Donc un livre à 3 euros me plaira limite mieux qu’un vélo à 150 euros qui restera dans mon garage. Mais ça c’est mon choix et les test produit m’apporte aussi des idées d’articles à écrire.

    Par contre, je dois faire 2 concours par an grand max donc je ne peux pas trop donner mon avis dessus.

    Répondre à lily
  13. J’ai pas vraiment un blog lifestyle (enfin je ne crois pas) mais des chargés de com’ se sont quand même parfois paumés sur mon formulaire de contact. Dans certains cas avec des mails types qui me faisaient pleurer du sang… Je me suis toujours fait un malin plaisir à leur répondre poliment de la façon la plus conne et la plus décourageante possible. Ça doit marcher car on me fiche une paix royale depuis un ou deux mois ^^

    Répondre à Papa Hérisson
  14. Aucune marque n’a encore pensé à demander aux participants de Like la page de la marque de commenter le concours et de liker les commentaires de la page de la marque, de tweeter qu’on a liké les commentaires de la page de la marque, liker les tweets qui disent qu’on a liké les commentaires de la page de la marque, commenter le like des tweet qui disent qu’on a liker les commentaires de la page de la marque, et aussi retweeter le like des tweet qui disent qu’on a tweeter le like des retweet du like des tweet qui disent qu’on a liké les commentaires de la page de la marque ? 

    Aucune créativité ces marques !

    Répondre à Christophe Ketch'up
  15. Merci à tous pour vos commentaires ! Ca m’a permis de découvrir des blogs de filles – et de garçons – que j’ai rajouté dans mon agrégateur ! 

    Mention spéciale à Christophe et Papa Hérisson qui m’ont tellement fait rire que le chat a eu peur ! 

    J’avoue que je ne m’attendais pas à un tel retour sur un billet d’humeur, ça encourage. Bonne journée à vous tous

    Répondre à Marie-Aude
  16. Hi hi hi , suite à ton article (très intéressant) j’ai tenu à lire les commentaires et papa hérisson m’a fait mourir de rire =)
    Alors je suis blogueuse beauté mais pas que et je travaille (hem.. « travaille » entre guillemets) avec des marques que j’aime ou que j’ai envie de découvrir.
    Je n’écris que ce que je pense et parfois je met très très (trop) longtemps à écrire un avis (entre le test du produit et la recherche sur la compo par exemple ça me demande du temps et de la motivation)

    En général c’est moi qui sollicite les partenaires pour faire des concours et finalement cela me va bien.
    Je peux utiliser des produits qui me plaisent chaque jour, c’est une économie pour moi et même si je suis consciente que quelque part je me brade un peu vu le travail que je fournis (je parle vraiment du coté cosmétiques) je pense que c’est toujours moins con que d’écrire un avis sur un produit que l’on a payé et qui en plus n’est pas forcément validé s’il n’est pas positif (vécu).

    Petit à petit je me demande si je pourrai « passer pro » mais je n’ai aucune idée des statuts, des métiers bref, c’est quoi le métier de blogueuse ? Rédac web ?
    Pour le moment e continue de bloguer par envie, par passion et quand j’en ai envie (ce qui est loin d’être pro)

    Bisous et merci pour ce regard sur le partenariat =)

    Répondre à jo3jeans
    • Bonjour,

      bienvenue et merci pour le long commentaire :) 

      C’est quoi le métier de blogueuse ? La réponse est longue, à mon avis, ça vaut le coup d’en faire un article entier ! Je planifie ça 

      Bisous aussi !

      Répondre à Marie-Aude
  17. Très bon article et très juste !

    Répondre à mamanaufoyeah
  18. Bonjour et merci pour cet article,
    Il est trop peu courant de lire une telle liberté d’expression, assortie d’une véritable analyse critique des relations entre blogging et webmarketing !
    Les rédacteurs qui se soumettent trop facilement aux attraits des annonceurs font un choix qui, comme vous le dites si bien, aura un réel impact sur la qualité de leur contenu, et au final ce seront leurs lecteurs qui jugeront le manque d’objectivité… Un risque bien grand, pour quelques cadeaux, qui peut, à terme, les renvoyer dans les limbes de la notoriété. Quant aux menaces des chargés de com’ en matière de référencement… no comment.

    Répondre à Advanclic
  19. Sourire … les pratiques évoquées ici sont les mêmes quel que soit le secteur d’activité. Mon truc, c’est plutôt les blogs de bagnoles.
    On y retrouve exactement les mêmes mécanismes !!!
    Une marque va proposer de prêter à un blogueur une voiture de démo pour le WE : le blogueur qui roule en Clio de 12 ans valeur vénale 1.000 euros se retrouve au volant d’une Audi ou d’une Nissan flambant neuf va commettre un article dithyrambique sur ledit véhicule, avec force de photos parées de leurs « alt » et « title » , quelques liens externes vers le configurateur ou la page tarif du constructeur.
    Un autre truc vécu : un fabricant de produits pour faire briller la peinture ou les jantes me propose d’organiser un jeu pour faire gagner 5 ou 10 bidons de produit miracle. Quand je lui dis « Je vois bien l’intérêt de votre marque et celui des participants au jeu, mais le mien, où est-il ? » il me répond totalement décomplexé « ben on apporte de l’attrait à votre site, donc de l’audience ». Bien sur …
    Je passe bien entendu sur les « partages de liens » de sites à peine terminés qui me proposent de « l’échange de lien gagnant-gagnant » …

    A nous de faire la part des choses et d’être cohérents avec notre ligne et ne pas se « donner » gratuitement.

    Répondre à Norbert
  20. Je prends l’article (très bon d’ailleurs) un poil en retard et je vais me permettre de faire un peu l’avocat du diable au passage. 

    Dans ton article, Marie-Aude, on peut dire que tu prends plutôt position pour les bloggeuses et il est vrai que certaines pratiques que tu décris sont courantes – spécialement dans le monde de la mode et que certaines bloggeuses se voient « exploitées ». 

    Je tenais juste à rééquilibrer la balance un peu parce que la situation actuelle n’est pas uniquement le fruit de la politique des marques. Les « bloggeuses » y sont quand même pour beaucoup.

    Je suis dans l’optique maintenant et je travaille pour une plutôt grosse marque et dans l’absolu nous traitons plutôt bien nos « ambassadrices / ambassadeurs » 

    Premièrement nous notre programme ne concerne pas que les « bloggeurs » (souvent à mon grand regret puisque pas de blog/site = pas de liens) – Ensuite nous cherchons à engager de vraies relations à long termes avec nos ambassadrices, nous les promouvons au mieux à partir de notre blog et IRL (mise en contact, cross promotion pour les creatrices/designeuse) nous les faisons participer à nos campagnes de pub, à nos vidéos, a des évènements etc…
    Bref nous échangeons beaucoup avec les bloggeuses mode et life style de tous poils et de toutes les tailles pour différents programmes et il faut bien avouer que depuis que je communique avec ces demoiselles (et messieurs hein – la vénalité n’est pas un apanage féminin) je me suis rendu compte que la communauté des blogs « fashion » – c’est Pigalle. Et on y voit de tout, de la bloggeuse de luxe a la racoleuse du coin de la rue (L’analogie est un peu forte j’en conviens). 

    La quasi-totalité des bloggeuses en réponse du 1er contact – à ce moment on ne leur a même pas demandé quoi que ce soit, on s’est juste présenté et annoncé qu’on aimerait collaborer avec elles/eux – elles nous envoient direct des grilles de tarifs et de conditions et comme l’article le souligne souvent ces tarifs sont en total décalage avec la réalité. 

    J’ai l’impression que de nos jours dès qu’une personne a 500 followers sur instagram / twitter / facebook / Youtube et / ou un millier de visites par mois sur son blog, elle se prend pour le roi / la reine du pétrole et ils te demandent du pognon – Il y a un moment faut arrêter l’abus.
    Pire encore – ceux / celles qui contactent directement la compagnie (donc moi ou le service presse) directement avec un email de la sorte (true story) : 

    « Bonjour,
    Je suis l’éditeur du blog leblogdemodemachinchose.blogspot.com et j’ai besoin de nouvelles lunettes – j’ai donc décidé de faire une review sur mon blog et de comparer les services de votre site, de votre concurrent 1, de votre concurrent 2, et de votre concurrent 3.
    Si vous acceptez merci de me faire parvenir une paire de « lunettes de marques 1 » – liens vers lesitedemaboite.com/lunettes-de-marques-1 avant le « date ».
    Cordialement » 

    J’ai eu aussi le cas de celle qui me dit qu’elle postera une photo sur son compte instagram (1000 followers) avec notre produit.
    Sans deconner ? Les produits de ma boite valent plus qu’un lien ou une photo sur instagram, il est temps que la jeune génération de bloggeurs (et surtout dans la mode) mette les pieds sur terre surtout et se remette un peu a bloguer pour bloguer et pas pour gagner du pognon.

    Répondre à Le Juge
    • En fait c’est un écosystème, et les deux parties ont leur propre responsabilité. 

      Sur le fond, je n’ai pas beaucoup d’estime pour la plupart des blogueuses « mode » de ce type (on en trouve aussi dans le développement personnel, ou d’autres domaines), que tu décris parfaitement. 

      J’ai eu le cas de ce genre de péronnelle pour mon blog de voyage, une fille qui avait un blog avec un PR de 1, je crois, un compte Facebook à 400 followers et un compte twitter à 24 et qui voulait que je lui paye une semaine de vacances au Maroc pour me faire de la pub…
      et quand je lui ai fait remarqué que la rentabilité n’était pas là, elle s’est vexée, m’a expliqué qu’elle était spécialiste du référencement, qu’elle avait un autre compte avec 40k de like et qu’elle allait bientôt être première sur « Voyage Marrakech ». 

      Et sur le fond, je pense que la blogueuse a toujours le choix de refuser, d’envoyer paître la marque et de maintenir la qualité de son blog. Ta comparaison sur Pigalle est parfaitement juste, d’ailleurs j’ai une prestation de service qu’en interne je qualifie de « social slut » :D

      Mais, en trainant dans un groupe où il y avait des blogueuses pas pro, j’ai aussi découvert les pratiques des marques en général. Je pense que ta boite est plutôt une exception dans ce qui se pratique. Les bonnes marques et les bonnes blogueuses sont rares, il faut du temps pour se trouver :)

      Les autres ne font pas long feu, et leurs noms de domaines se font racheter.

      Répondre à Marie-Aude
      • On est d’accord,

        J’ai la chance de taffer pour une marque qui s’engage mais ce n’est pas toujours le cas déja – (et on peut meme dire que ca n’a pas touours été le cas chez moi) avant c’etait l’agence PR qui gérait les bloggeurs et ils ne savent pas faire les gens du PR – pour eux le blogging ca reste quelque chose de tres flou – et effectivement souvent ils tombent dans le travers du – on vous file le texte – balancer nous un article – ca a changé chez nous en meme temps que le la facon de faire du link building (merci qui???) 

        Comme tu le dis chaque partie a sa part de responsabilité – les bonnes bloggueuses sont rares et il faut passer du temps a les trouver

        Répondre à Le Juge
    • Vous avez très bien résumé la situation et vous m’avez fait rire en citant le blog machinchose ! Je vais penser à vous demander de nouvelles lunettes !!! Plus sérieusement je suis d’accord avec vous sur la fatuité de certaines blogueuses et blogueurs ! (je pense à un blog de cuisine tenu par un homme) qui se prennent pour des stars. Mais je suis également consciente que les marques nous considèrent aussi souvent pour des « gogos ». Essayons donc de rester dans la bienveillance mutuelle.

      Répondre à corinne
  21. Un article au titre évocateur qui a suscité ma curiosité.
    Malheureusement, le fond est moins sympa puisqu’en souhaitant « attaquer les marques » ont peint un portrait des blogueuses (en passant il y a des « blogueurs » aussi) plutôt caricatural… 

    Je suis blogueuse voyage et je dirais moi aussi que « chaque partie à sa part de responsabilité » si les partenariats ne donnent rien de bon… Mais j’ai plus confiance dans les blogueurs(ses) que vous dans leurs capacités à ne pas se laisser faire bêtement par les marques. Les « blogueuses » ne sont pas forcément si « naïves » (ou c’est ce qu’elles veulent bien laisser croire).

    Répondre à Camille - L'Oiseau Rose
  22. Le débat est intérressant, mais vieux comme le monde … du marketing.
    Definition de prescripteur : Personne qui eu égard à sa notoriété, son image, … ses activités et/ou son style de vie, etc, etc,
    + est à même de recommander une marque, …
    + est reconnue pour la valeur de sa recommandation par des consommateurs.
    + a une influence d’autant plus grande que ses caractéristiques sociodémographiques seront proches des individus à qui il s’adresse.
    Joli portrait de blogueur lifestyle. Mais ce n’est pas du rêve, juste du commerce, de la monetisation de notoriété …

    Répondre à Felix
  23. Bonjour Marie-​Aude,

    C’est légèrement hors-sujet mon commentaire mais dis, tu est en grève d’article ?
    Au début je pensais que tu avais des problème de santé mais j’ai vu ta plume en commentaire sur d’autres sites.
    Au plaisir de te relire.

    Cordialement
    Jimmy Jarry

    Répondre à Jimmy Jarry
  24. Je découvre ton blog avec ce billet…je ne sais pas la part de vérité, après je suis blogueuse et j’avoue être honoré à mon niveau d’être de temps à autre contacté….même si mon blog est « petit » j’aime écrire sur tout…c’est un peu ma personnalité j’aime toucher à tout…donc est ce dérangeant décrire des billets test pour un petit budget ??? Certes les marques ne ciblent pas toujours, d’ailleurs maintenant je sélectionne…certes elles ne sont pas tjrs cool mais bon le cas est vrai dans l’autre sens aussi…des blogueuses qui se prennent pour les reines du monde ;)….le prob c’est qu’il n y a pas de règles…à partir de là tout est permis non ?

    Répondre à celine
  25. Blackhat Auteur juin 28, 2015 (12:58 )

    Salut Marie,
    Ce commentaire n’a rien avoir avec l’article, c’est personnel, voila je suis un hacker freelancer, beaucoup de freelancer seo utilisent le forum wordpress pour leur besoin seo, et vous prenez un vilain plaisir à désactiver leurs comptes !!! je te conseille de lacher un peu et laisser courir, on dirai que tu paies les backlink de ta poche, ce n’est que du virtuel, du Net ! je me demande ce que tu feras dans la vie réelle ? c’est pas parce que le Divin Google fait la pression d’en haut, que tu dois faire autant. vaut mieux être suivi que suivant. bref, il est beau ton blog, t’as investies du temps et de l’argent, imagines qu’on fasse comme toi, on le désactive, ou une blague ce ce genre ? en 2 mouvement 3 temps, et le tour est joué ; réfléchies bien avant d’agir. on te surveille, à bientôt

    Répondre à Blackhat
    • Salut courageux anonyme….
      1- on est plusieurs sur le forum, ducon
      2- suis mes conseils et spamme avec subtilité tu resteras (j’ai même fait un article mode d’emploi pour les gros balourds)
      3- mon dieu, j’ai peur, je tremble, je suis en nage, on va agir contre moi…. 

      ça va bien, ta tête de gamin pas mûr qui te prend pour un extraordinaire hackeur ?

      Y’a 10.000 forums à spammer sur terre, et très honnêtement, laisser un lien do follow sur wordpress-fr ça demande exactement cinq minutes d’efforts de mise en forme pour que ça ne soit pas supprimé. 

      Alors moi j’ai un conseil : tu continues Ramadan, tu compenses pour le jour de jeûne que tu viens d’invalider avec ta violence verbale, et tu vas faire joujou ailleurs, amuses toi à hacker des sites anti BSD ça sera plus utile.

      Ah accessoirement, oui mes bls je les paye de ma poche… et le forum n’a pas vocation à devenir un truc illisible bardé de pubs mal écrites. 

      Répondre à Marie-Aude

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

  • Pas de liens raccourcis
  • L'auteur doit s'identifier avec son pseudo, son nom, son prénom ou s'il le veut le nom de son entreprise ou de son site, sauf si celui-ci correspond à des mots clés. Toutes les combinaisons sont permises dans ce cadre.
  • L'url peut être celle d'un site ou profil de réseau social, uniquement la page d'accueil
  • Pas d'adresse email jetable

*

*