Depuis l’été je prépare le site de Lumière de Lune, dont le blog ne sera qu’un élément. Je vous prépare notamment une banque d’images, une version anglaise et une version allemande.
Les cordonniers étant les plus mal chaussés et les bouchers mangeant du navet (version marocaine du même proverbe) ça va lentement, et notamment j’ai mis beaucoup de temps à choisir le CMS que j’utiliserai.

Drupal, Joomla, WordPress, Spip et autres CMS

J’étais arrivée sur WordPress un peu par hasard, cherchant à sortir mon premier blog de Blogspot, par un blog qui me plaisait bien, fait sous WordPress, et qui donnait des morceaux de code et des astuces. Une fois qu’on est tombée dans une marmite de potion magique, il est difficile d’en sortir. Mais cette fois-ci, WordPress ne me suffit pas. La capacité de WordPress à gérer un site multilingue n’est pas suffisante.

Cette fois-ci, je ne voulais pas choisir par hasard, et j’ai donc mis noir sur blanc mes critères de choix. Un peu élargie, cette grille peut être utile pour n’importe qui …

Le premier critère de choix, c’est vous

Plutôt développeur ou plutôt graphiste ? Expérimenté en php ou pas ? Complètement newbie, touchant un ordinateur pour la première fois ? En train de faire un blog perso, un blog d’activité professionnelle, un site associatif, un site pro ? Avec déjà plein de copains qui bloguent sur une plateforme spécifique ?

En fonction de cela, vous regarderez plutôt l’utilisation, les extensions ou plugin qui ajoutent des fonctionnalités sans que vous ayez à mettre les mains dans le cambouis, les bibliothèques de thèmes existantes, ou vous rentrerez dans les entrailles de la bête, pour voir si vous pouvez facilement la modifier.
Vous ferez plus ou moins attention aux critères de pérennité de la solution choisie, à la possibilité ou pas de conserver vos données et de les migrer d’une plateforme à l’autre, au poids de la communauté existante sur certaines plate-formes, à la gratuité ou pas des extensions.
Si vous voulez optimiser votre site, vous regarderez la possibilité de faire de l’url rewriting et si l’outil génère ou pas beaucoup de duplicate content.

Résumer les principales fonctionnalités que vous attendez de votre outil

C’est en fait plus facile à dire qu’à faire, surtout quand on découvre.

Si vous débutez, vous aurez sans doute beaucoup de mal à résumer en termes clairs les fonctionnalités que vous recherchez. Et cela sera peut être plus simple de partir à la recherche de sites qui ressemblent à ce que vous avez envie d’avoir (en oubliant le graphisme) que de faire un vrai cahier des charges. En regardant comment ces sites sont faits (même en posant la question au webmaster) vous pourrez avoir une idée des différents outils à regarder.

Pourquoi oublier le graphisme ? Parce que, sauf cas exceptionnel, n’importe quel graphisme peut se porter sur n’importe quel outil. Plus ou moins facilement pour certaines choses comme des animations flash, (et dans ce cas il faut regarder vers les extensions, mais les couleurs, les dessins, la mise en page et les animations sont les choses les moins importantes pour choisir son CMS.

Les fonctionnalités qui font la différence pour moi

La possibilité d’avoir un site multilingue
C’est sans doute un des points faibles de WordPress, je n’ai toujours pas trouvé la bonne solution pour avoir un site vraiment multilingue facilement, avec un bon SEO. Les plugins comme polyglotte ne sont pas très bons sur la gestion d’url, et surtout le thème n’est pas multilingue.
C’est ce qui m’a poussé vers Joomla et Drupal, avec en plus la possibilité de gérer des pages différentes selon les langues, et des pages qui ne sont pas traduites au même rythme (rien n’est plus exaspérant sur un site Joomla d’arriver sur « la traduction n’existe pas ».
La possibilité de gérer des utilisateurs
Dès qu’il sera multilingue, ce site accueillera plusieurs rédacteurs. C’est souvent un besoin sur un blog de pouvoir gérer différents types de contributeurs avec des niveaux de droits différents.
Une administration facile
Un CMS comme Typo3, qui est très courant en Allemagne, nécessite systématiquement un serveur dédié, avec en conséquence un administrateur. Je préfère proposer à mes clients des sites légers, qu’ils puissent, si ils le souhaitent, héberger sur un plan OVH, et administrer facilement eux mêmes.
Une communauté large et réactive, et multilingue
Parce que cette communauté est la condition pour le développement des extensions et des thèmes, et qu’elle offre aussi un bon support. Idéalement, pour moi, elle doit exister en français, anglais et allemand.
Une bonne taxonomie
Késako ? Une gestion des « termes », des « qualificatifs », en clair, ce qu’on appelle catégorie et tag, sous WordPress. Une taxonomie, en général, c’est un système d’étiquettage de vos éléments, qui doit être suffisamment souple pour répondre à vos besoins. Par exemple, j’utilise énormément les catégories et les tags quand je fais des sites « mixtes », intégrant un blog WordPress à un site fait « autrement ». J’utilise les catégories comme critères pour générer des liens entre les différentes parties du site.
La gestion du multilinguisme peut aussi se faire à travers cela.

Les autres fonctionnalités, les questions à se poser

L’intégration avec les autres plateformes
Si vous êtes sur Flicker, Facebook, Twitter, ou toute autre plateforme, vous avez peut être envie de cross-poster, faire apparaître les publications de votre blog sur Facebook, par exemple, ou à l’inverse, avoir vos dernières photos Flickr dans votre sidebar. Sur les plateformes de blog majeures, ces extensions existent. Sur les petites, c’est moins facile à trouver.
D’autres sections dans votre site
Un forum ? Une boutique ? Une galerie photo ? Un espace de téléchargement ? Quoi qu’il en soit, regardez si il existe des modules ou des extensions qui permettent de rajouter ces grosses briques facilement.
Le degré de connaissances requises pour personnaliser le site
En théorie, on peut tout faire avec tout. En pratique, c’est plus ou moins facile, et il faut mettre plus ou moins les mains dans le cambouis. A vous de voir si cela correspond à votre niveau d’expertise.
Les thèmes existants, pour les débutants
Au début, il est plus simple de reprendre un thème existant, et de juste changer une image ou une couleur. Alors regardez si l’offre de thèmes est abondante, si il y a des choses qui vous plaisent.
Chez vous ou chez les autres ?
L’avantage d’une plate-forme comme blogger, comme Le Monde ou wordpress.com c’est qu’on vous offre un système clé en main. Vous n’avez pas à vous soucier des mises à jour, des problèmes de serveur, de virus, de comptabilité des plugins. Pour un débutant, ou quelqu’un qui n’a pas la fibre bidouilleuse, c’est bien.
L’inconvénient, c’est que :

  • Généralement, vous êtes limité dans les thèmes et les plugin, ou alors vous devez payer un montant mensuel, souvent équivalent à un hébergement
  • Le nom de domaine ne vous appartient pas toujours, pour les sites professionnels je trouve cela rédhibitoire.
  • Si vous décidez d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte, il peut être difficile, voir impossible, de récupérer ses données
  • Certaines plateformes, comme le Monde, imposent de la pub
  • Certaines, comme Vox ou LiveJournal, imposent aux commentateurs de s’enregistrer pour laisser un message.

Voilà, vous avez fini votre liste, vous savez à peu près ce que vous voulez faire, ce que vous êtes capables de faire, et si vous voulez le faire chez vous ou chez les autres.
Il est temps de commencer à faire son marché.

CMSMS, WordPress, Dotclear, Joomla, Drupal et les autres

Je pars dans l’option d’un site hébergé sur votre propre serveur, avec votre propre nom de domaine.

La première chose que vous pouvez faire, c’est d’aller voir CMS Matrix, qui effectue un comparatif en ligne des principaux CMS disponibles. Liste très complète, et j’avoue ne jamais avoir entendu parler de 90% d’entre eux.
Si vous débutez, vous allez voir que la formulation est très différente de votre liste de besoins. C’est tout le problème des techniciens ! L’explication détaillée des différents points viendra dans un post à part.

Dotclear est malheureusement absent, sans doute parce que c’est une solution très francophone.

La deuxième chose qu’on peut constater, c’est que l’évaluation de WordPress a plus d’un an, et beaucoup de choses ont changé.

RTFM, lire la doc

« Read the Fucking Manual », c’est la réponse qu’on reçoit parfois dans les forums quand on pose une question trop simple.
L’intérêt de lire la doc, surtout si vous avez un peu d’expérience, c’est que cela va quand même vous apprendre ce que le soft peut faire, et cela va aussi vous donner un premier sentiment d’aisance ou pas.
Je pense que Joomla est un bon système. Sa base installée est assez large pour le prouver. Pourtant je ne comprends rien à sa doc. J’ai même dû acheter un livre pour me faire une opinion.
En revanche, en parcourant la doc de Drupal, les concepts faisaient tilt tout de suite, je pouvais rapprocher cela de choses que je connaissais déjà, bref la courbe d’apprentissage serait visiblement moins dure que sur Joomla, et j’aurais un peu moins besoin de jouer entre deux logiques différentes pour mes sites WordPress ou Drupal.

Passer dire bonjour dans les forums

Cela vous permettra de sentir la communauté, sa réactivité, son niveau technique.
Par exemple, CMS Made Simple n’a pratiquement pas de communauté francophone, et celle de Joomla est « peu accueillante ».
Vous pouvez aussi poser des questions précises. Sauf chez Joomla, (mais non je n’ai pas une dent contre eux), je n’ai jamais vu quelqu’un mal accueilli quand il arrive en disant

Bonjour, je pense à faire un site sur votre système et je me demandais si telle ou telle chose était faisable facilement, ou si il fallait vraiment savoir coder.

.
En parcourant les sujets, vous verrez aussi quels sont les problèmes, si on parle de solution E Commerce, d’intégration de forum… bref vous aurez une réponse qualitative aux questions dans votre liste.

Tester en local

Cela prend un peu de temps, mais pour le peloton de tête, rien ne vaut un bon test. Vous installez un serveur local avec par example WAMP pour Windows, et vous installez votre CMS. Vos CMS. Et vous bidouillez un peu.
Mieux vaut faire cela avant d’être en ligne. Un peu de temps passé à cela vous évitera peut être pas mal de déboires, et même une migration difficile.

Le résultat pour Lumière de Lune ? Drupal

Drupal, Joomla, WordPress, Spip et autres CMS

WordPress ne suffit pas. Dotclear est « différent mais pareil », pas intéressant de passer à un autre système.
Spip est un acien système, assez complexe à prendre en main, même si il est très puissant.
Typo3 qui est très présent en Allemagne, était exclu à cause de sa complexité d’administration. Je pense qu’il est intéressant pour moi de pouvoir proposer à mes clients allemands une solution plus simple, plus souple et finalement moins couteuse que Typo3.
Je pratique CMS Made Simple, à cause de certains clients, mais il est trop simple pour ce que je souhaite faire, et finalement assez difficile à mettre à jour pour quelqu’un qui ne connait pas vraiment le code.
Drupal et Joomla étaient les seuls réellement en lice.

Joomla Fish correspondait totalement à mes besoins de site multilingue, mais en revanche la taxonomie semble absente de Joomla, et la gestion des « catégories », extrêmement simpliste par rapport à ce que je peux faire sous WordPress.
Quant à la communauté…

Drupal a un module de traduction qui répond à mes besoins (liens entre les différents éléments dans les différentes langues, url différentes, possibilités de traductions non synchronisées), une gestion de la taxonomie comme on voudrait la voir dans WordPress, une énorme communauté.

Les extensions et les thèmes sur Joomla sont monétisés. Il est intéressant de chercher des thèmes gratuits sur Joomla, et de voir le nombre de sites qui proposent un thème gratuit pour dix thèmes payants. Là encore la communauté de Drupal est beaucoup plus proche du mode de partage auquel j’ai été habituée sous WordPress.

L’url rewriting sous Joomla est « sensible », en tout cas dans la version standard.

Reste simplement à décider si ce blog va rester sous WordPress, en étant intégré à Drupal, ou migrer aussi.

J’espère pouvoir sortir le nouveau site en janvier.

32 commentaires

  1. tosca Auteur décembre 13, 2008 (9:10 )

    Je ne vois pas TYPOLight dans cette liste : http://www.framasoft.net/article4791.html
    Ca serait bien dommage de ne pas y jeter un coup d’oeil, d’autant plus que la communauté française est des plus enthousiastes : http://typolight.fr/

    Personnellement, je suis tombée dessus par hasard, alors que j’hésitais entre Joomla! et Drupal … et je ne regrette pas mon choix.

  2. Yannick Auteur décembre 13, 2008 (9:59 )

    Allo

    Sans doute parce que je n’utilise que TYPO3 (mais connais aussi Spip, WordPress, Drupal, …) que cela m’embête de te le dire.. mais comparer un CMS (CMF) comme TYPO3 avec d’autres outils de blogue (WordPress, Dotclear) ne se fait pas ! Car les deux outils ont des buts différents dans la vue !

    Même chose pour spip, même si on fait plus de truc, à la base ca sert à créer un journal en ligne et le monde l’utilise pour faire autre chose avec ces limites (interface d’admin, complexité des squelettes, limitation sur la gestion des permissions ..)

    Enfin, il reste Drupal, le seul qui peut être comparé à TYPO3. Cela dépend des compétences et du temps qu’on a donné. Chacun à ces avantages et inconvénients et philosophie. Pour des sites vraiment important avec énormément de page, TYPO3 est là, pour faire quelque chose de rapide et si on a le gout de mélanger du PHP dans les gabarits HTML alors Drupal lol

    Non désolé je suis de mauvais foi. C’est juste qu’il faut comparer ce qui est comparable.. et pas tout mélanger !

    Pour un blogue, WordPress est génial, pour faire un site avec une gestion des droits ou plusieurs pages, ca devient très tordu ;)

    Bonne chance !

  3. Marie-Aude Auteur décembre 13, 2008 (10:19 )

    @tosca, c’est vrai, car Typolight requiert php5, et ce n’est pas encore accessible partout.
    Par ailleurs, en tout cas selon le comparateur, il ne me permet pas de faire un site multilingue ce qui était ma première demande, et ma raison d’abandonner WordPress.

    @Yannick, en fait la démarche est la suivante : aujourd’hui j’utilise WordPress (avec lequel on peut faire très facilement des sites de plusieurs pages et je parle bien de pages, pas d’articles, ou d’archives…) qui a certaines limites.
    Je regarde que qui peut répondre à mes problèmes ET qui peut être offert à mes clients. Je suis donc dans un contexte pré défini, avec aucune envie de gérer 5 ou 6 systèmes différents.
    Je pense qu’on peut « pousser » beaucoup de systèmes, je ne connais pas Spip, mais j’ai des collègues qui en sont fanas. Dotclear était jusqu’à maintenant uniquement un système de blog, je ne sais pas ce que donnera la nouvelle version.

    Je ne suis pas sur le créneau des énormes sites, je n’en ai ni la compétence, ni le goût (ça ressemblerait trop à ce que je faisais avant), ni la demande. Donc, dans mon contexte, Typo3 est une enclume pour écraser une mouche, mais ça ne remet pas ses capacités en cause.

    Je ne crois pas avoir tout mélanger. J’ai dit quelles questions il fallait se poser, et en fonction de cela quels outils on pouvait se tourner. La comparaison détaillée n’a pas encore été publiée, j’ai juste sauté à la conclusion en ce qui me concerne pour mon besoin :)

  4. Al-Kanz Auteur décembre 15, 2008 (11:10 )

    « les bouchers mangeant du navet » :)
    je ne connaissais pas

  5. Marie-Aude Auteur décembre 15, 2008 (11:45 )

    Ca doit être de la darija :)

  6. Al-Kanz Auteur décembre 15, 2008 (9:47 )

    Avez-vous le proverbe en VO ? Ca donne quoi ?

  7. Hicham Auteur décembre 16, 2008 (4:00 )

    Choisir un CMS est un vaste débat qui est souvent enflammé, un peu comme le choix des OS ;-)
    Plus que les fonctionnalités, je pense qu’il ne faut pas oublier quel est le niveau du client pour son utilisation.

    On ne donnera pas la même formation sous Jomla que sous Ez Publish et tout le monde n’a pas besoin d’un workflow complexe, ni de re-développer le framework.

    P.S : c’est quand que tu mets la fonction subscribe to comments. Je vais t’y inciter comme Laurent lol
    Difficile de suivre les commentaires sans cette fonctionnalité à part tagger le flux rss de l’article ;-)

  8. Marie-Aude Auteur décembre 16, 2008 (5:10 )

    Bonsoir Hicham, tu as tout à fait raison de souligner le point essentiel : le niveau du client et l’utilisation souhaitée, un outil ne se choisit pas « en soi », mais pour une finalité.

    Pour Subscribe to comments, c’est une des délicatesses de la montée de version, ça devrait être réglé dans la semaine. En même temps les derniers commentaires sont affichés dans la sidebar, ça incite à revenir.

  9. Al-Kanz Auteur décembre 16, 2008 (10:05 )

    Hicham, merci pour le PS. J’allais le faire hier :)
    En attendant, j’ai une astuce qui marche si le pseudo utilisé est unique. Il suffit de consulter tous les jours la page Google suivante (avec comme mot-clé son propre pseudo). Exemple ici avec « encre de lune » http://www.google.fr/search?num=100&hl=fr&safe=active&q=encre+de+lune&as_qdr=d&btnG=Rechercher&meta=

  10. Hicham Auteur décembre 16, 2008 (6:46 )

    @ Marie-Aude : avoir un CMS plus complexe peut permettre plus d`évolutions par la suite. C`est aussi pour certaines entreprises le moyen de facturer en plus des fonctionnalités, surtout lorsque le client n`a pas de ressources en interne au niveau technique.

    C`est juste que pour suivre des fils le Suscribe to comments permet de suivre les fils de discussion plus facilement, surtout si on met une boite @ dédié à cela.

    @ Al-Kanz : je t`en prie.

  11. Marie-Aude Auteur décembre 16, 2008 (8:18 )

    Je sais pour Subscribe to comments, il était installé, mais avec le passage à la 2.7 ça ne marche plus (tableau de bord vide).

  12. julien Auteur décembre 17, 2008 (1:57 )

    Bonjour, je suis intéressé par les fonctionnalités « multilangues ».
    Pour Drupal, envisages-tu le module « Internationalization » (i18n) ?
    Si oui, en quoi se module est-il meilleur que le plugin « ZdMultilang » de WordPress ?

    http://drupal.org/project/i18n
    http://www.zen-dreams.com/fr/zdmultilang/

    Merci par avance.

  13. Marie-Aude Auteur décembre 17, 2008 (4:09 )

    Au moment où j’ai regardé les possibilités, on était à la version 1.0.1 qui n’avait pas certaines choses essentielles, notamment la réécriture d’url, la traduction des descriptions et la possibilité de cacher les posts non traduits.

    Je suis retournée jeter un coup d’oeil par acquit de conscience, et l’évolution des fonctionnalités est assez impressionnante. Je crois que je vais refaire un test en local, et finalement peut être rester sur WordPress…

    Pour Drupal, oui, c’est de ce module qu’il s’agit.

    PS : jolies boules de fourrure ! Je préfère les Maine Coons, mais c’est craquant tout plein aussi

  14. hicham Auteur décembre 17, 2008 (9:33 )

    @Marie-Aude :
    `avec le passage à la 2.7 ça ne marche plus (tableau de bord vide).`

    L`avais-tu tester en préprod en local avant ? ;-)
    je le fais plus depuis un temps mais je vais le refaire surtout avec les plugins ?

  15. Marie-Aude Auteur décembre 17, 2008 (11:28 )

    J’avais testé oui :) et je ne suis pas la seule à avoir reporté ce genre de problèmes.

    En voyant d’ailleurs les commentaires sur un autre plugin je pense qu’il s’agit d’un conflit avec d’autres, il faut que je creuse… mais les autres sont plus utiles. Donc il va falloir charger ton lecteur de flux pendant quelques jours :)

  16. jerboa Auteur décembre 21, 2008 (2:02 )

    Merci pour cet article très instructif…. je me suis retrouvé dans le meme confil dans mon ancienne boite sauf que j’avais en gros une journée pour choisir…
    je m’étais pencher sur eZpublish… (bonne chance a la personne qui m’as remplacer)… si non merci pour le link du plugin multilangue….

  17. mario Auteur décembre 30, 2008 (2:02 )

    Je pense que wordpress est une excellente solution. Son seul défault c’est le problème d’internationalisation.

    Amha nous sommes plusieurs à rencontrer les mêmes difficultés. Pourquoi ne pas nous réunir et payer un développeur qui à l’habitude de faire des plugins wordpress. Une personne qui en maintiens des plugins depuis déjà quelques années.

    J’ai bien pensé à bricoler un truc mais ce sera trop lourd à gérer sur le long terme.

    Pour moi la solution idéale serait :

    Une install par langue
    fr.example.com
    en.example.com

    Ou
    example.com/fr/
    example.com/en/

    Et un plugin qu rajoute un simple champ dans l’édition des posts & des pages. Dans ce champs on rajoute une url qui pointerais vers la bonne ressource.

    Et dans le template on fait un if

    Par défaut si le champs est non renseigné on renvois sur la mainpage de la langue en question et si le champs est renseigné on renvois sur l’url renseigné dans le champs.

    Ainsi cela laisse la liberté à chacun de faire ce qu’il lui plait sans avoir la moindre contrainte. Il peu même avoir une seule installation si il prèfere et gérèz le reste dans son template.

    Le seul point qu’il faudrais réflechir c’est comment faire pour les catégories et les tags.

    On pourrait imaginez la même astuce mais dans l’admin avec une fichier de configuration ou l’on choisit sa liste de tags/catégorie et à lasquelle on fait correspondre l’url adéquate. Et si le champs est non renseigné cela renvois l’url par défaut.

    Amha la solution utltime au niveau seo est la. On n’impose rien à l’utilisateur est tous le monde est libre de faire ces propres choix, de faire ces traductions à son rythmes.

    Bonne fin d’années à tous

    PS : Si d’autres personnes sont interessé, je pense qu’on pourrais essayer de dealer un plugin avec l’auteur de simple tags qui est francophone. Bref trouvé un dev ayant déjà fait ces preuves sur le support d’un plugin. Le dev na pas forcément besoin d’être français. Si vous avez des idées je suis preneur de vos feedback

  18. Marie-Aude Auteur janvier 1, 2009 (8:25 )

    Bonjour Mario,

    en ce qui concerne la gestion des posts il y a déjà des plugins qiu existent. Par exemple ZdMultilang qui a été cité plus haut et qui est très un bon plugin.

    Mais « le seul point » que tu soulèves (et qui est déjà largement traité par ZdMultilang) est loin d’être négligeable.

    A mes yeux, WordPress en tant que système de blog a par défaut une architecture monolangue. C’est d’ailleurs tellement vrai que la langue est choisie dans le wp_config.

    Pour en faire un système vraiment internationalisable il faut pouvoir gérer un thème multilangue (donc l’appel à plusieurs fichiers de langue stockés dans le même thème) et pas un thème par langue, et pareil pour les plugins. Il faut aussi pouvoir tout traduire (par exemple j’utilise fortement les descriptions de catégories dans les thèmes, qui ne sont pas gérées par ZdMultilang), ce qui n’est pas simple.

    Et je n’ai pas l’impression que ça soit une des priorités de wordpress.

    Des blogs multilingues existent, et fonctionnent plutôt bien. Mais j’ai le sentiment que vouloir faire de WordPress un [b]CMS multilingue[/b] dans l’état actuel de la bête c’est pousser un peu…

  19. julien Auteur janvier 25, 2009 (4:20 )

    Bonjour, en décembre, nous avons parlé de zdmultilang, je l’ai testé mais je me suis heurté à plusieurs bugs alors j’ai abandonné.
    Mais une nouvelle version vient d’arriver : v1.2.2
    http://wordpress.org/extend/plugins/zdmultilang/
    http://blog.zen-dreams.com/fr/zdmultilang/
    A voir…

  20. Marie-Aude Auteur janvier 25, 2009 (5:12 )

    Merci pour l’info

  21. julien Auteur janvier 28, 2009 (1:50 )

    Bonjour, j’ai testé zdmultilang v1.2.2 , résultat : super bug dans le header qui me plante ensuite l’accès au site, donc il faut encore attendre.
    Par contre je viens de voir que le plugin qtranslate a bien évolué :
    http://wordpress.org/extend/plugins/qtranslate/
    http://www.qianqin.de/qtranslate/
    Il propose notamment 3 modes pour l’écriture des url :
    Choose one of 3 Modes to make your URLs pretty and SEO-friendly. – The everywhere compatible ?lang=en, simple and beautiful /en/foo/ or nice and neat en.yoursite.com
    A priori laquelle prendre ?

  22. Marie-Aude Auteur janvier 28, 2009 (4:25 )

    La c’est la grande question de « comment je structure un site multilingue » (et hop, un article là dessus http://www.lumieredelune.com/encrelune/referencer-site-anglais,2008,07)

    Des sous domaines, c’est plus de référencement, mais à terme c’est plus de BL.
    Des répertoires, c’est concentrer toute la puissance des liens sur un site.
    Bref…

  23. Wolforg  wolforg
    Auteur
    mars 2, 2009 (8:18 )

    S@lut Marie-Aude, je viens seulement de me rendre compte que ce site étant dans le Planet WordPress (et donc du coup en dur sur une install fraîche de wp), et le titre de ce post m’ayant accroché, me voici :-)
    Je te rejoins totalement sur le fait que le plus souvent c’est le niveau de l’utilisateur final qui va déterminer le choix du CMS à utiliser (j’avais écrit un article similaire sur Weezonaute il y a un moment), par contre et même si l’on ne peut pas décortiquer tous les CMS tu aurais peut-être du te pencher un peu plus sur Spip (surtout si tu as des collègues qui en sont fans), en effet il est nativement multilingue ;-)

    @ bientôt sur le support :-p

  24. Lashon Auteur janvier 4, 2010 (11:59 )

    Bon Marie-Aude,
    Mon premier commentaire sur ton excellent blog que j’ai souvent parcouru, qui fait d’ores et déjà partie de ma liste de liens (par encore mise en ligne, comme tu dis les cordonniers sont les plus mal chaussés) me donne l’occasion de te féliciter pour l’ensemble de ton travail offert ici.
    Merci pour ce retour d’horizon. Il est vrai que dans le choix d’un CMS, tout dépend du client: soi-même ou pour autrui, donc de son niveau de compétences et du temps qu’il a pour s’en occuper. Lorsqu’il s’agit de débutant complet, ces questions lui sont souvent obscures, voire inexistantes. Il me semble que tu as oublié de mentionner que pour ceux-ci, la plupart commettent l’erreur de mettre en ligne un site ou un blog non pas avec un CMS mais avec un logiciel (Dreamweaver, Cofeeshop, Komposer etc). Et là bonjour les dégâts.
    Pour ce qui est de SPIP, oui c’est ancien mais la gestion de multiples utilisateurs est vraiment bien conçue et particulièrement bien adaptée. La communauté de support est très forte (liste de discussion par mail). Je n’ai pas testé à fond le multilinguisme sur ce support mais des amis m’en disent le plus grand bien. C’est un peu comme WordPress, on en est vite fan. Le seul souci est que pour construire un graphisme différent de la version de base, il faut mettre les mains dans le cambouis. Note que le gabarit, le design de la version par défaut est très propre (contrairement au ‘thème’ (template) par défaut de WordPress qui est une horreur).
    Voilà. Je me demande ce que tu penserais de SPIP pour tes projets, même si tu as déjà fait ton choix, sans doute un choix éclairé :)
    Bonne année et merci de tes lumières diffusées un peu partout sur la Toile.

  25. Marie-Aude Auteur janvier 4, 2010 (1:35 )

    Bonjour, et merci de ton passage ici :)

    en ce qui concerne SPIP, je n’ai jamais pu accrocher, je trouve que c’est une usine à gaz en tant qu’utilisateur, et aussi comme développeur. C’est un peu normal, étant donné son origine journalistique, il y avait des objectifs assez différents d’un CMS standard, d’où sa force dans la gestion multi auteurs. Autant dans ce contexte il est performant, autant dans le contexte d’un CMS standard, je le trouve dépassé :) Sa gestion multilingue, pour ce que j’ai vu dans la doc, ne me semble pas meilleure que ce que propose Drupal, ou WordPress avec les bons plugins, et pour tout dire, l’idée de définir un « code » pour chaque expression à traduire dans le site me semble lourde et contreproductive.

    Maintenant c’est comme pour chaque outil, il faut qu’il soit « à sa main », et je comprends parfaitement qu’une fois entré dans le monde Spip et sa logique, on ait du mal à en sortir

    (PS : ne dis pas de mal de Dreamweaver, je fais tous mes sites avec… simplement je ne me repose pas sur les fonctionnalités wysiwig ^^)

  26. Lashon Auteur janvier 4, 2010 (5:26 )

    (j’avais tapé bonjour, il est resté seulement « bon Marie Aude », désolée)
    Bonsoir

    Oui, tu as raison, c’est plus un CMS pour journalistes ou multi-blogueurs, à ce titre il est vraiment sympa, chose que j’aurai dû préciser, et moins sympa pour ce qui est du codage. Pour moi SPIP est mieux que WordPress si on n’a aucune intention de toucher au code, au thème, bref si on ne touche pas à l’informatique, tout en évitant wordpress.com.
    Mais je préfère de loin WordPress. Merci pour ton retour sur Drupal.
    Quant à Dreamweaver, bon, disons que je fais partie des anciens utilisateurs :). Mais c’est valable pour tous les logiciels, je préfère coder à la main dans un éditeur de texte, ça m’évite bien des distractions. Je suppose que tu ne peux pas te permettre ce luxe car cela prend du temps.
    Bonne année encore, prends du bon et beau temps (parce qu’ici…beuh, froid).

  27. Marie-Aude Auteur janvier 4, 2010 (9:00 )

    « Ici » (je suis en Allemagne en ce moment) c’est froid aussi.

    Pour Dreamweaver, je ne l’utilise qu’en code.
    Mais c’est aussi un excellent éditeur, avec la possibilité de faire des macros, de faire du rechercher-remplacer sur un site entier, bien sûr l’a validation et l’auto-completion du code, la gestion du téléchargement avec site de développement, site de test et site de production, une bibliothèque de référence intégrée, une gestion de sélection des balises imbriquées, donc un vrai outil de pro.

    En version open source gratuite, tu as Aptana aussi qui est pas mal.

  28. Appels d'offres SGC Auteur novembre 12, 2011 (9:59 )

    Cette part de marché concerne à la fois le nombre de téléchargements et d’installations des moteurs CMS, le déploiement des plateformes et aussi l’analyse des moteurs d’indexations classiques type Alexa.

  29. agence open source joomla Auteur décembre 27, 2011 (10:34 )

    Mais un CMS, peut aussi être un bon moyen d’apprendre un nouveau language… Ceci dit, si c’est un « bon » CMS, il faut déjà de bonnes bases en prog (design pattern entre autre)

  30. Benjamin from responsable communication  kelreferencemen
    Auteur
    février 15, 2012 (5:29 )

    Je trouve que le nouveau wordpress est de plus en plus adapté à un site vitrine. Avec la gestion personnalisée des menus, les templates premium de qualité disponibles pour quelques dizaines d’euros, les innombrables extensions, on peut vraiment à peu près tout faire…

    Surtout que le WordPress 3 permet la gestion de plusieurs sites via une seule interface.

  31. agence open source joomla Auteur mars 22, 2012 (5:49 )

    ce trio infernal qui est plébiscité par les webmastres, à savoir : WordPress, Joomla et Drupal. Chacun aura ses avantages et inconvénients, en termes d’utilisation et de rendu. Pour choisir celui qui vous convient, prenez compte de votre niveau en webmastering ainsi que les objectifs du site.

  32. agence cms open source lyon Auteur octobre 4, 2012 (11:27 )

    Là où WordPress semble gagner les faveurs de manière concrète, c’est dans la simplicité d’utilisation pour les utilisateurs. Comme l’écrit Grégoire dans son article , WordPress a été conçu pour faire plaisir aux utilisateurs, et non aux développeurs et créateurs de sites. De nouveau, tous les outils ne répondent pas à tous les besoins, et il ne faut donc pas en faire une fixation.

Commenter

*

*

*Informations requises Merci de donner les informations requises

VotreNom@VotreMotClé, à utiliser avec tact et modération ! ( De toute façon, les spammeurs sont blacklistés )