Le prix d’un site vitrine

On voit fleurir au Maroc – et ailleurs – des offres pour un site internet pas cher, entre 2.500 et 3.500 dirhams. (250 à 300 euros)

Nom de domaine et hébergement

A ce prix là, on dispose d’un nom de domaine, d’un espace web, d’une adresse internet et d’un site de quelques pages.
Autrement dit… pas grand chose. 

Il suffit de faire ses comptes. Dans les prix, il y a le relativement incompressible, c’est à dire le nom de domaine et l’hébergement. On évite le gratuit, tant qu’à faire (image pas sérieuse, rarement une possibilité de rediriger quand on change de nom de domaine), et les tout petits hébergements surpeuplés. On va tourner autour de 20 euros, au plus bas, et jusqu’à 40 euros. 

Mise en place technique du site

Il reste donc le site.
Un site dont le propriétaire n’a que très rarement le temps / la possibilité de faire les textes, et dont les graphismes vont être faits par le webmaster, dont les photos vont être au mieux celles données par le client, sans retraitement, au pire prises « ailleurs ».

Pour un petit site, partir sur un CMS pré-personnalisé ou sur un template HTML statique revient à peu près au même si on sait manier ses outils. 

Le temps incompressible pour monter une structure correcte, un tant soit peu optimisée, avec les sécurités nécessaires, les mails, etc… en une seule langue : environ une heure, une heure et demie au maximum.
On parle là de quelque chose de très basique, sans originalité, sans contenu, sans graphisme. 

Contenu du site web

Le temps pour faire les textes ? En rédigeant de tête, très vite, en connaissant le sujet, en optimisant naturellement au fil du clavier… une petite heure, et autant pour traduire dans chaque langue que l’on parle couramment.
Le temps pour faire le graphisme ? Dix minutes s’il s’agit de télécharger un thème tout fait, entre trois et quatre heures pour faire quelque chose de très basique mais original, et toute la palette entre les deux qui reste dans le possible. Disons une heure. 

Donc, en trois heures, on va avoir un site « sans saveur, sans odeur », sans référencement, sans optimisation, pour 220 à 300 euros (j’enlève le prix du nom de domaine et de l’hébergement) en une seule langue. 

On pourrait considérer avoir droit à plus, étant donné le faible prix de l’heure de développement au Maroc (entre 10 et 30 euros, selon la qualification, la société qui facture et le client final), mais le problème, c’est qu’on aura pas plus, car pour avoir plus, il faut franchir un saut qualitatif, et aller largement au delà de ces 250 – 300 euros. 

Ce qui manque dans ces sites à bas prix

La personnalisation

Je peux parfaitement comprendre qu’une société recrute ses clients autrement que sur le web, et considère donc ne pas avoir besoin d’être très bien positionnée.
Qu’elle souhaite simplement avoir un site pour montrer quelque chose à ses clients, à ses prospects. 

Mais dans ce cas, quel est l’intérêt d’avoir un site sans aucune personnalisation ?
Une vitrine sans décoration ? Avec juste les produits posés comme cela, « en tas », sans que rien de ce qui fait la société ne transparaisse ? 

Quelle est l’image que donne un site « tout à fait comme les autres » ? Avec des photos non professionnelles, faites rapidement, avec des textes qu’on a déjà lus cent fois (personnellement, l’utilisation régulière de copyscape me permet de voir à quel point les textes sur le Maroc et les hôtels sont communs et répétés…. les pages de Wikipedia sont prises et reprises comme du contenu « vendu »). 

L’individualisation c’est aussi le référencement

En pratique, la plupart des gens qui commandent un « site vitrine » ont en fait aussi besoin de trouver des clients grâce à internet.
Ou plus exactement, peuvent difficilement se passer des clients que le web peut leur apporter. 

Et pour cela, il faut que la vitrine soit visible dans les moteurs de recherche, dans Google pour les moteurs francophones.
Donc que le site soit construit de façon optimisée, et que son contenu soit pensé pour le référencement, rédigé et original pour échapper aux sanctions du duplicate content. 

Une prestation de rédaction optimisée pour le référencement, et de référencement, c’est au minimum – et au minimum marocain – 10.000 dirhams – 1.000 euros – tout compris, nettement plus sur des requêtes optimisées. 

On a déjà dépassé le prix du site vitrine. De beaucoup. 

Un site à 200 euros ? Autrement dit rien

Pourquoi investir dans des cartes de visites si personne ne les lit ? 

Je croise régulièrement des patrons de petites entreprises touristiques, qui ont fait confiance à ces vendeurs de site « pour pas grand chose ». Je ne cherche même plus à les convaincre. Ils vont faire un premier site, et puis un an ou deux après, devant le manque de visibilité « ça ne m’apporte rien », un autre site à peut être 5.000 dirhams (500 euros), qui ne sera pas plus visible, pas plus utile. 

Encore heureux quand le webmaster du premier site n’aura pas acheté le nom de domaine en son nom propre et leur aura donné les clés d’accès à leur hébergement… sinon ils refont un deuxième site sur un autre nom de domaine, générant leur propre duplicate content. 

Les débuts du web, où il était facile de placer un site sont finis depuis longtemps. Rare sont les amateurs non-avertis qui peuvent positionner un site sur une requête commerciale concurrentielle. Un site à 200 euros, c’est une fausse économie. Il suffit de penser à tout le chiffre d’affaires perdu par manque de visibilité.

3 commentaires

  1. C’est le problème de toutes les prestations de com en général. Le client n’y connaît rien. Comme dans sa tête tout se vaut, moins c’est cher, mieux c’est. Côté vendeur, tu as plein d’imposteurs et de types pour qui ce qui est pris n’est plus à prendre. Pour eux c’est vendre pour manger ou crever la gueule ouverte.

    Répondre à Yves
  2. Mathias Poujol-Rost Auteur juin 27, 2009 (3:32 )

    200 euros pour un lot de pages Web simples sans référencement, ça fait en effet à peu près rien, mais comme le client n’y connait rien, pour lui ça fait pas grand chose… et autant de perdu, même si évidemment il est plus perdant que l’agence, tant son bénéfice est mince.

    Répondre à Mathias Poujol-Rost
  3. Même avec 2000 €, il est pas possible de faire grand chose, alors avec 200 € j’imagine même pas.

    Répondre à truffo

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

  • Pas de liens raccourcis
  • L'auteur doit s'identifier avec son pseudo, son nom, son prénom ou s'il le veut le nom de son entreprise ou de son site, sauf si celui-ci correspond à des mots clés. Toutes les combinaisons sont permises dans ce cadre.
  • L'url peut être celle d'un site ou profil de réseau social, uniquement la page d'accueil
  • Pas d'adresse email jetable

*

*